Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 27 avril 2019

Poème par les temps qui courent

Hria damian.jpg                                                        

 

«  J’avoue que j’aurais de plus en plus tendance à le croire, le propre de ce qu’il est convenu d’appeler les grands livres, ces livres fatidiques à travers lesquels se fait ou se défait le destin, réside surtout dans le fait qu’ils aient à paraître – à faire leur apparition – dans les temps précis où la mission confidentielle dont ils se révèleront porteurs, ne fût-ce qu’implicitement, sera la plus à même de se mettre en état de réverbération profonde avec l’histoire. C’est à l’intérieur même de sa marche que l’histoire s’en trouvera ainsi interpellée qui, tout en faisant comme si elle subissait d’une manière contraignante, dramatique, cette provocation visionnaire qu’elle avait en quelque sorte elle-même suscitée, ne pourra pas, le plus souvent, ne pas y répondre avec toute l’opportunité requise, j’entends ne pas donner cours. »   (Jean Parvulesco)

 

 

INSTANCES DU THABOR

 

                                              à Jean Parvulesco

 

 

                                       louve de miel tapie

                                  au seuil des portes du silence

                                  dans le noir plus noir que le noir

                                  jaillit lumière d’ange

                                  foudre éléphante du sommeil

                                  sorcière sans pensée

                                  ô douce ensoleillée

                                  ni paroles magiques

                                  ni charmes dévoyant

                                  l’incendie des mots silencieux

                                  aurorale rosée

                                  en audition muette

                                  la voix nue du poème

                                  des écailles du jour

                                  encor vêtue de la fragile

                                  défaillance de l’aube

                                  sidérale et limpide

                                  laitances sur ton ventre

                                  fils de la vierge déflorée

                                  neiges au rouge dévoilé

                                  odoriférantes salines

                                  dans la ferveur de l’aube

                                  mouillée à l’indigo

                                  embrasement porphyre  

                                  rougeoyant des grenades

                                  juteuses de tes seins

                                  aveugle désirance

                                  bourdonnement d’essaim

                                  hystérique beauté abeille

                                  iliaque belvédère

 

                                  l’être enneigé sera

                                  blanche et noire la nuit  

                                  et le jour aurélienne

                                  abbaye la blessure

                                  dogmatique majeure

                                  gèlera l’âme dans ton corps

 

                                  d'hauturières messageries

                                  j'ai reçu l'e-mail en plein coeur

                                  les eaux infantes de mes yeux

                                  la chair liliale du royaume

                                  éblouissement lacrymal

                                  libérée de l’enclos mental

                                  hiérophante d’un christ

                                  femme étoile écarlate

                                  du matin aux lèvres de joie

                                  la ruche a été transpercée

                                  partout où tu étais iras

                                  j’ai bu et boirai l’eau désir

                                  des latrines divines

                                  l’hostie fondante de l’urée

                                  d’or brûlant sur ma langue

                                  les théurgies sanglantes

                                  du vin des vignes du thabor

                                  nature d’avant l’inconscience

                                  exalte ta nudité princière

                                  exulte ta gorge d’enfant

                                  eucharistiques aéroles

                                  couronnées de glace et de feu

                                  partout j’ai suivi et suivrai

                                  l’ardente trace de tes pas

                                  marcheuse du ciel véridique

                                  transparente jusqu’au sommet

                                  mère et amante fée

                                  des glaciers hyperboréens

                                  soleil vert dernier souffle

                                  du dernier mot à prononcer

 

                                              Alain Santacreu

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.