Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Épigrammes du covid (Serge Rivron)

Rivron.png

Lire le PDF

__________________________

 

Cher lecteur, ami ou amie,

Voilà plus de deux ans qu’a commencé cette folie collective. Les médicaments arbitrairement interdits n’ont pas été réhabilités par les médias d’information, et plus du tiers des médecins croient encore qu’ils sont dangereux, ou font semblant de le croire. Après quelques mois où l’obligation du port du masque a été levée en France, elle est en passe d’être rétablie tout inutile qu’on la sache, de même que le passe sanitaire. Dix millions de Français ne sont pas « à jour » de leur pseudo-vaccination anti-covid, bien que près de 40 millions en aient reçu deux doses – mais l’État en recommande à présent quatre (dont deux de « rappel »). Résistance passive de bon sens puisque les statistiques publiées de par le monde démontrent que les pays les plus vaccinés sont ceux qui, à ce jour, ont compté le plus de malades graves et de décès. L’Australie et Israël connaissent actuellement une mortalité record dont nos médias ne font, bien sûr aucune publicité.

 

Chaque jour les preuves s’accumulent des malversations des instances sanitaires et gouvernementales des principaux pays occidentaux, mais pour l’heure, le camp du mensonge, de manière sidérante, en est à peine effleuré. Bien souvent, même comme récemment en France, les gouvernements entachés par leur malfaisance, non seulement résistent mais sont reconduits. Rien ne paraît pouvoir ébranler l’édifice d’un système corrompu jusqu’à la moelle et miné par toutes les formes d’échec possible : sanitaire bien sûr, mais aussi économique et géostratégique – puisqu’à tous les malheurs qu’il nous a imposés s’est ajoutée la guerre américano-russe en Ukraine. Le pouvoir moisi paraît avoir clairement opté sur l’éternelle manière des pouvoirs pour se sortir de l’impopularité et du marasme : la guerre.


C’est sur cette note désenchantée que je mets fin à mes Épigrammes du covid. Les procès à la chaîne des responsables de la gabegie, dont nous sommes plusieurs millions à rêver, n’y seront pas consignés, s’ils ont lieu un jour. En commençant, en janvier dernier, cette compilation de notes avec la complicité du site littéraire Les Corps Célestes, j’escomptais porter l’espérance dont elle témoigne jusqu’à la libération de la France. Ce n’est donc pas le cas puisque la France a choisi récemment de reprendre ses chaînes. TOI qui m’auras lu jusqu’ici, sois certain que je ne cèderai pas une once de ma volonté de voir la vérité éclairer un jour prochain le chemin que nous partageons tous.

Bien à toi, à vous, force et courage ! 

                                  Serge Rivron