Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le Soleil de Gaza (2)


 

Véronique la Lévite

 

   Je suis anarchiste et le mot Dieu n’évoque en moi qu’un jeu de langage. Cependant je voudrais saluer ici la  vidéo que Véronique Lévy a mise en ligne à la veille du jour de Noël 2023. Évidemment je ne saurais partager ni son allégeance naïve en une Église historiquement génocidaire ni son puéril respect pour un pape mondialiste. Ce qui me semble par contre intéressant dans le discours de Véronique Lévy, c’est la surrection d’un lévitisme lumineux qui vient s’opposer à l’obscurantisme religieux du sionisme. Autrement dit, je pense que Véronique Lévy est bien plus fidèle à l’ascendance de son nom que ne le sera jamais son trop célèbre frère.

   Moïse promit la terre de Canaan à tous les enfants d’Israël sauf à ceux de sa propre tribu, celle de Lévi. Ce verset nous le rappelle : « Aussi n’y eut-il pas pour Lévi ni part ni héritage avec ses frères : c’est Yahvé qui est son héritage, comme Yahvé, ton Dieu, le lui a dit. » (Deutéronome 10, 9)

   À la promesse de possession pour toutes les autres tribus d’Israël correspond une promesse de dépossession pour la seule tribu de Lévi. Moïse lance l’histoire juive sur la voie d'une dialectique tragique de la contradiction. La volonté des uns sera de conquérir et de coloniser la terre de Canaan, alors que l’idéal des autres sera de ne rien y posséder.

   Ainsi, pour les Lévites, la terre d’Israël n’est pas terre de possession mais de dépossession. Les rabbins de l’Haggadah ont expliqué l’idée de Sion selon le point de vue lévitique. Tout au long de l’histoire juive, depuis la destruction du Temple, chaque Juif aspire à connaître la Terre Sainte, non pour la conquérir mais pour renoncer aux ambitions terrestres : le lévitisme est le contraire du sionisme politique.

   André Néher, dans L’Essence du Prophétisme, souligne que « les Lévites formaient, au sein de la société hébraïque, la tribu sans terre […] Ils ne s’adonnèrent ni à la paysannerie, comme le firent les autres hébreux, dès leur entrée en Canaan, ni au commerce, comme le feront plus tard les classes les plus riches. »  Par les Lévites qui ne possèdent rien, Yahvé s'allie aux plus pauvres. Par leur pauvreté tant objective qu’ontologique, les Lévites sont bien plus liés aux Palestiniens qu’aux sionistes. Aussi, le véritable judaïsme, s'il doit survivre aux événements catastrophiques que le sionisme politique et l’impérialisme américain ont engendrés, sera lévitique ou ne sera pas.

   Le lieu du non-pouvoir est le lieu où se tient le Pauvre des pauvres, seul prêtre, roi et prophète, Croix de lumière hors de laquelle se déploie dans la noirceur des ténèbres le pouvoir politico-religieux des faux prêtres, faux rois et faux prophètes. C’est ce Pauvre des pauvres qu’a rencontré Véronique la Lévite : il est le Christ solaire, le Soleil de Gaza.

 

Alain Santacreu

28 décembre 2023